Le manager pédagogique

Publié le

Le manager pédagogique

Être pédagogue est un atout pour tout bon manager. Et pourtant, la pédagogie n’est jamais prise en compte dans le management et ses formations.

Dans mon texte « Pédagogie et Communication », j’ai montré que la pédagogie et la communication étaient deux choses bien différentes alors que dans la vie courante la pédagogie, en dehors du cadre de l’enseignement et de l’éducation, est considérée comme de la communication. Quelle grave erreur !

Communiquer, c’est donner des informations et des explications dans l’objectif de voir, en retour, l’autre adhérer à nos propos, nos idées, notre volonté, nos propositions, etc. Par contre, faire preuve de pédagogie c’est amené l’autre à comprendre ce qu’on lui donne et lui propose. Ce sont ainsi deux postures relationnelles totalement différentes. Dans la première il est attendu une attention passive, tandis que dans la deuxième il est attendu une attention active.

Les managers communiquent généralement pour faire adhérer

Quand un manager communique à ses subordonnés ce qu’il attend d’eux, il s’attend généralement à ce qu’ils comprennent d’emblée ce qu’il présente. Ces derniers disposant normalement des connaissances, des compétences et de l’expérience nécessaire, de simplement communiquer s’avère suffisant. Maintenant, il existe toujours des moments où ce n’est pas suffisant : nouvelle recrue, stagiaire, de nouveaux éléments sont à prendre en compte, un changement d’orientation ou de politique interne a eu lieu, etc. Dans ces moments-là, donner des informations et simplement expliquer ne suffit pas. Il y aura toujours des subordonnées qui comprendront tout de suite, bien évidemment, mais les autres ? Pour ceux-là, le risque est de les voir faire sans comprendre avec tous les risques que cela comporte : erreur d’application, manque d’implication, désinvestissement, etc. Et si cela se répète souvent, cela peut provoque des problèmes pathologiques : perte de confiance, mésestime de soi, démotivation totale, etc. Ces risques, lorsqu’ils deviennent réalité, tout le monde en pâtit. Cela joue inévitablement sur l’atmosphère et l’ambiance de travail, les rapports entre les salariés, les rapports avec les managers et, inévitablement, sur le travail effectué.

Faire preuve de pédagogie pour un manager, c’est amené ses subordonnés à comprendre

À l’inverse, lorsqu’un manager prend le temps de faire comprendre son propos aux subordonnés qui en ont besoin (que ce soit une nouvelle orientation ou directive, une tâche à effectuer, la manière de faire quelque chose, etc.), le résultat est tout différent. Prendre le temps de faire comprendre, c’est déjà reconnaître l’autre avec ses limites et le respecter, mais c’est aussi lui dire qu’on fait confiance à sa capacité de comprendre et d’agir même s’il ne dispose pas des mêmes capacités et compétences que d’autres. Le subordonné se sentira alors pris en compte et respecté. Il ne sera pas qu’un numéro ou un pion de l’organisation à qui l’on demande uniquement de faire comme on le lui demande. De se sentir ainsi pris en compte par son manager ne pourra que le motiver pour essayer de bien faire (si ce n’est pas un tir au flanc profiteur ou autre déviance professionnelle bien entendu). L’accompagner ainsi dans sa compréhension, c’est l’accompagner dans son implication et lui permettre de s’engager. Au final, ça permettra d’éviter des erreurs, mais aussi de favoriser l’ambiance et l’environnement de travail. Lorsque l’on est reconnu dans ce que l’on fait et que l’on ne se sent pas dévaloriser, on ne va pas travailler à reculons, il y a plus de satisfaction dans ce que l’on fait, le salaire ne devient plus l’unique référence de reconnaissance.

Prendre le temps ou déléguer, une nécessité pour agir en pédagogue

J’en entends déjà me dire, « d’accord, mais encore faut-il que le manager ait le temps d’accompagner ainsi ses subordonnés ». C’est vrai, ça implique d’en prendre le temps, de s’organiser pour pouvoir le faire. Ce qui signifie savoir déléguer et faire confiance à ceux qui comprennent rapidement et qui ont des aptitudes pédagogiques. Et si aucuns n’en ont ? Pourquoi ne pas les former ! Mais s’il n’y a personne auprès de qui délégué parce que personne ne comprend suffisamment, soit il devient nécessaire de faire avec, soit ça vient interroger d’autres choses… Mais pour cela, en amont, il est nécessaire d’avoir la capacité de différencier ceux qui ont besoin de pédagogie et ceux qui n’en ont pas besoin. Un bon manager dirige différemment ses subordonnés en fonction de ce qu’ils sont, il s’adapte à leurs attentes et leurs besoins pour le bon fonctionnement de son service, son département, sa direction, son organisme de travail.

Faire preuve de pédagogie en complément d’une saine communication est un atout pour tout manager. Cela devrait être enseigné dans les formations au management.

 

Publié dans Management

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article