L’homme est-il un animal ?

Publié le

L’homme est-il un animal ?

J’ai remarqué que poser l’homme comme étant un animal parmi les autres dérangeait souvent quand cela ne venait pas choquer, voire provoquer des réactions violentes de refus chez certains. Et pourtant, cela ne serait-ce pas plein de sens ?

Pourquoi refuser que nous puissions faire partie des espèces animales alors qu’il est reconnu que nous faisons parti des hominidés comme les grands singes (les bonobos, les chimpanzés, les gorilles et les orangs-outans) ? Allant dans ce sens, le dossier spécial de la revue américaine Science du 2 octobre 2009 relate la découverte de « Ardi » par une équipe scientifique internationale. Ardi est le squelette d’une hominidé qui vivait en Éthiopie il y a 4,4 millions d’années (soit beaucoup plus vielle que Lucy, 3,2 millions d’années) et qui marchait déjà sur ses deux pieds. Si notre plus vieil ancêtre commun marchait déjà sur ses deux pieds, ce n’est donc pas la posture debout qui a différencié l’Homme des Grands singes comme on le croyait depuis longtemps, La différenciation se serait donc passée à un autre niveau. A ce sujet, je vous invite à lire le dossier spécial « Le singe descend de l’homme ! » du  n°35 de Philosophie Magazine. Devant cette nouvelle découverte, peut-on réellement toujours nier notre origine animale ?

D'autres éléments devraient nous interroger et nous interpeller sur notre non-animalité. Si l’humain n’était pas un animal comme les autres, nous ne pourrions sûrement pas nous servir des autres animaux comme cobayes pour nos recherches scientifiques et médicales. Retrouverions-nous certains comportements de groupe communs à d'autres espèces, comme les stratégies guerrières des fourmis ont pu entre autres le montrer ? Il y a aussi tous ces liens et ces relations possibles entre les humains et les autres animaux comme le champ de la médiation animale le montre de plus en plus.

Mais pourquoi donc vouloir tant se différencier des autres animaux ? Pourquoi se vouloir ainsi si supérieur ? L’est-on d’ailleurs tant que ça !

Mais d’abord, qu’est-ce qu’un animal ? Le Grand Robert nous donne deux acceptations principales : La première : « Être vivant formé d'une ou de plusieurs cellules possédant des caractères constants, et qui, outre les caractères généraux de tout être vivant (croissance, métabolisme, reproduction), possède des caractéristiques spécifiques, surtout sous ses formes pluricellulaires : sensibilité, motilité, hétérotrophie. » Et la deuxième : « Être animé, considéré comme dénué de raison, ne possédant pas les caractéristiques de l'espèce humaine (langage articulé, fabrication des outils, fonction symbolique, etc.). » N’est-il pas intéressant de voire qu’alors que la première acceptation nous définit comme étant des animaux, la deuxième tend à nous différencier d’eux par certaines spécificités qui seraient typiquement humaines. Mais est-ce réellement le cas ?

  • Pour certains, notre différence tient au fait que nous pensons. Mais sommes-nous les seules à penser ? Les animaux rêves. N'yaurait-il pas derrière une forme de pensée ? Comme nous le dit Boris Cyrulnik lors de son entretien avec Karine Lou Matingon intitulé Sans les animaux, le monde ne serait pas humain, « Le jour où l'on comprendra qu'une pensée sans langage existe chez les animaux, nous mourrons de honte de les avoir enfermés dans des zoos et de les avoir humiliés par nos rires. »
  • Il y a aussi le fait que nous transformons notre environnement. C’est exact, mais nous ne sommes pas les seuls à le faire. Les fourmis, les castors le font aussi. Certes, ils ne créent pas d’objet et ne bâtissent pas à partir de ces derniers (du moins à ma connaissance). Mais il y a des animaux qui utilisent des objets à des fins utiles, les détournant de leur rôle initial, les chimpanzés et les corneilles notamment. Bon, certes, c’est du basique et sur ce point, nous sommes bien plus évolués techniquement… maintenant (mais pas à l’origine)

.Castors

  • Pour d’autres, la parole nous différencierait. Cela est contredit par les scientifiques qui ont identifié des modes de communication, proche d'un langage, chez des espèces animales : dauphins, oiseaux, chiens, etc. Maintenant, il semble que ce soit un fait établi que la parole articulée est une spécificité humaine qui favorise les échanges, la projection et l’interprétation, donc l’invention. Ce qui complexifie le relationnel entre individus. Il me semble qu’il existe là, pour le moment, une réelle différence avec les autres espèces. Mais pour autant, cela nous positionne-t-il comme n’étant pas une espèce animale au même titre que les autres animaux ? Je dis pour le moment, car comment être sûr qu’il n’existe pas des modes de communications que nous n’arriverions pas encore à appréhender, et qui pourraient éventuellement être proches de la parole.
  • La conscience de la mort serait aussi une spécificité qui nous différencierait des « animaux ». Or, il se trouve que des éthologues ont découvert qu’elle existait chez certaines espèces (certains primates et les éléphants entre autre).
  • Pendant longtemps, la projection dans le futur a aussi été considérée comme spécifiquement humaine. Cette capacité a été découverte chez les geais buissoniers par le Professeur Clayton de l’Université de Cambridge.

geai-buisson373d-60110

Le livre, Les surdoués du monde animal, d’Yves Christen, donne une vision d’ensemble intéressante de capacités dont certains animaux peuvent faire preuve, dont certaines que l’on croyait spécifiquement humaine et qui font encore débat.

  •  Maintenant, il y a la spiritualité qui est, a priori, spécifiquement humaine, mais, comme nous le dit Dominique Lestel dans L’animal est l’avenir de l’homme « Que savons-nous vraiment, tout d'abord, des spiritualités animales ? L'esprit fort se gaussera de la question. Il aura tort. Personne n'en a montré ni l'existence ni l'absence. ».
  • Dieux nous aurait créés à son image. Peut-être, s’il existe un Dieu. Maintenant, s’il n’en existe pas, il n’est pas non plus exclu que nous ayons créé les Dieux à notre image, c’est-à-dire pouvant être aimant, jouisseur, joyeux, tristes, vengeur, violent, jaloux, etc. Il n’y a qu’à regarder les caractéristiques des Dieux de l’antiquité… des caractéristiques que l’ont retrouve généralement regroupé dans les Dieux uniques. Mais là, je prends le risque de m’égarer.
  • Il y a aussi la détermination de nos vies. Les animaux seraient déterminés par leurs instincts, mais aussi par le fonctionnement et les règles de leur espèce, à l’inverse des hommes. Certes, jusqu’à preuve du contraire, il semblerait que la vie des autres animaux soit ainsi déterminée. Mais celle de beaucoup d’humain ne l’est-elle pas aussi ? La majorité d'entre nous est déterminée par le social et le culturel, nous en déplaise. Les humains vivent principalement en fonction des règles et des cultures dans lesquels ils baignent et souvent desquels ils sont prisonniers. De par le monde, dans combien de contrées et de régions les individus sont liés aux règles et coutumes de la société dans laquelle ils vivent sans pouvoir s’en émanciper, conditionnés qu’ils sont par ces dernières ? Certes, il existe un grand nombre d’individus qui font des choix personnels pour leur vie, leur lieu de vie, leurs unions, s’affranchissant des attentes de leur environnement socioculturel, c'est une certitude. Mais est-ce la majorité des humains ? Je n’en ai pas l’impression, tout au contraire même. Alors, cela peut-il être une particularité qui nous différencierait des animaux ? Cela me semble difficile à affirmer. Par contre, dans l'absolue, nous les humains, nous pouvons avoir le choix. Mais peut-on affirmer que le choix n'existe dans aucune autre espèce, ne serait-ce que pour quelques éléments ? Cela me semblerait bien prétentieux, mais je peux là encore me tromper.
  • Et qu’en est-il de la raison, des valeurs et de l’éthique ? Lorsque l’on regarde l’histoire de l’Humanité, on peut s'interroger sue celles des humains. Illusions, vœux pieux ou en a-t-on vraiment tant que ça ? On peut d'ailleurs se demander si nous sommes plus sages que les autres espèces, que les autres animaux. Que penser, ainsi, de ces paroles de Dominque Lestel : « L'homme peut s'enorgueillir de posséder une raison. Mais la raison de celui qui détruit son monde et celui des autres reste largement problématique. » Cela interroge nos constructions qui détruisent l’habitat d’autres espèces, mais aussi le fait que nous sommes l’une des rares espèces qui s’entre-tuent et l’unique, semble-t-il, qui le fasse parfois pour le plaisir.

Pourquoi donc parler de tout cela ? Pourquoi poser ainsi notre animalité ? Tout simplement parce que je me demande depuis un certain temps à quel point notre sentiment d’« inanimalité » ne nous pousserait pas à notre destruction. À quel point ce dernier ne nous empêcherait-il pas de vraiment nous connaître, de grandir et de progresser avec les autres, tous les autres. C’est-à-dire ceux de notre espèce, les autres humains, mais aussi ceux des autres espèces.

Que pouvons-nous donc apprendre des autres animaux ? Que peuvent-ils donc nous apprendre sur nous-mêmes ? Comment peuvent-ils donc nous aider à progresser ? Je me demande s'il ne pourraient pas nous apprendre à être plus tolérant entre nous. Si nous arrivons à les accepter comme des êtres à part entière, avec leurs spécificités, leurs cultures, leurs règles de vie et communicationnelle nous pourrions peut-être apprendre à mieux respecter les différences existantes entre les humains, entre nos cultures. 

Depuis longtemps j’observe les animaux que je peux côtoyer, leurs réactions, leurs comportements et je m'interroge régulièrement sur ce que cela peut m'apporter pour moi-même mais aussi dans ma compréhension de nos comportements. J'ai ainsi régulièrement appris et cette sensation d’être un animal parmi les autres m'a toujours habité. Je pense d'ailleurs que c’est une des choses qui m’a permis de conserver une certaine humilité et de toujours être intéressé par les autres, d’essayer, la majeure partie du tempsde respecter ce qu’ils étaient (et non pas ce que je voulais qu’ils soient). C’est comme si de se sentir proche des autres animaux donnait encore plus d’humanité.

Je vis près d’un lac autour duquel je me promène régulièrement. Sur celui-ci cohabitent des canards, des oies, des signes, des hérons et une espèce que je n’ai pas identifiée. Je trouve extrêmement intéressant de les observer. Voir comment les canards mâles protègent leur femelle des autres canards, sortant le bec et cancanant à tout va pour éloigner les opportuns. Quand je les regarde, j’ai parfois l’impression de voir des couples d’humain. Il y a des situations que je ne comprends pas, comme de voir un cygne chasser les oies d’un certain endroit. Est-ce qu’il le considère comme son territoire, joue-t-il avec elles où y aurait-il sa femelle pas loin en train de couver ? Dans un autre domaine, l’autre jour je me suis retrouvé devant un chat surveillant un carrefour. C’était comme s'il avait la garde de ce carrefour. Vraiment étrange. Ca l’a été d’autant plus lorsqu’il s’est mis à chasser un chien passant par là avec sa maîtresse. Au lieu de s’en éloigner, comme le font généralement les chats, il s’est approché de lui tous poils dressés et montrant les dents. Autant vous dire que le toutou, bien qu’il soit plus gros que lui, n’a pas essayé d’insister, suivant sa maîtresse. Que peut-on donc apprendre de ces scènes ? Que pourraient apprendre des enfants, des adolescents mais aussi des adultes de ces situations. Qu'est-ce que cela peut révéler aussi sur nous-mêmes ? Que peut-on apprendre, pour nous, de chiens et de chats qui cohabitent ? 

Avez-vous remarquer comment certains autres animaux savent profiter de la vie ? Regardez les félins notamment. Il n'y a pas longtemps, j'étais à la terrasse d'une brasserie, lisant au soleil. Au moment de partir, je suis entré dedans et j'ai vu leur chat, allongé au milieu d'une table, se prélassant tranquillement sous les rayons du soleil. Je n'ai pu m'empêcher de me dire  « Ah lui, il sait vivre ! » N'y aurait-il pas là aussi à apprendre. Ce que je veux dire par là, c'est que au contact des animaux, très souvent nous allons faire quelque chose avec eux, nous sommes généralement les moteurs de l'échange (que ce soit dans l'action ou la réaction). Il me semble que nous avons à apprendre pour nous et de nous à rester passif, à être seulement acteur de leur désir, à les laisser être le moteur de l'échange et du partage. Ils viennent près de nous pour un simple contact et ne rien faire ? Soit, goutons et accueillons ce  « ne pas faire » avec eux. De même, ils veulent jouer ? Et bien acceptons leur jeu et d'« être le jouet de ce dernier ». Que d'apprentissages possibles en perspective ! Notamment sur le lâcher prise et l'absence de contrôle.

Ne serait-il pas intéressant d’inclure dans les programmes éducatifs des jeunes des programmes d’apprentissage de et par « la nature », c’est-à-dire de et par les autres espèces animales, mais aussi végétales ?   

Nous sommes des animaux, ne nous y trompons pas. Mais des Animaux-Hommes, terme que je me plais à reprendre régulièrement. Des Animaux-Hommes qui sont « techniquement »  bien plus développés et plus évolués que les autres animaux. C’est une certitude. Mais des animaux qui n’en sont pas pour autant plus sages. Il me semble même que ce soit tout le contraire. Et, justement, ne serait-ce pas là que nous aurions à apprendre des autres animaux ? Ne serait-il pas intéressant de regarder ce qu’ils pourraient nous apprendre ? Notamment dans le fait de savoir se contenter de ce que l’on a besoin et non pas de vouloir toujours plus, et encore plus !

 

 Cet article vous a plu ? Pourquoi donc ne pas le partager avec d'autres, cela pourrait aussi intéresser une de vos relations.

Publié dans Animal-Homme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

rrr 09/10/2019 18:50

je trouve ce dossier très intéressants surtout pour les enfants

FARDINI JM 26/02/2019 20:10

Vous oubliez l'évolution, un animal parle oui, mais aussi les insectes, ainsi que les formes végétales. L'animal n'est pas le seul à communiquer. Vous prenez ce qui vous arrange pour votre démonstration. Il est, aujourd'hui impensable que l'animal soit dépourvu d'intelligence, pour autant; il n'a pas autant de niveau de conscience que l'homme. C'est là toute la différence, la manière avec laquelle nous avons évolués, la quantité incroyable d'outil de nous avons créé, le fait que nous fassions des études scientifiques nous sort du règne animal. L'espèce humaine vit au travers de civilisation ultra complexe, reconnaissant le droit, la justice et l'éthique. Grâce à cette fulgurante évolution qui ne cesse de s'accélérer nous sommes sorti du monde animal espérant rencontrer d'autres espèce dans l'univers. L'homme est une nouvelle espèce que nous sommes obligé des sortir du monde animal. Maintenant regarder la difficulté que représente l'acquisition de l'intelligence en sachant que des espèce extraterrestres sont plus avancées que nous certainement. de plus un chien rêve cela ne veut pas dire qu'il le fasse avec le mm niveau de connexion neuronales, il en est très loin. C'est cette distance que vous oubliez volontairement dans votre analyse et elle fait toute la différence dans le monde des espèces vivantes.

rrr 09/10/2019 18:52

ecouter fardini ont ne peut quand meme pas tout dire vous exagerer

David 28/02/2019 23:15

Oui, ni réfuter ni oublier, je suis d'accord avec vous.

Je trouve intéressant, sans réelles surprises ceci dit, de constater que mon texte et ce que je déploie dedans vienne déranger, voire percuter autant certaines personnes.
Il est vrai que je ne me considère comme supérieur à personne ni à aucune espèce, seulement différent.
Lorsque l'on constate la complexité de la vie des plantes et des différentes espèces animales et d'insecte, comment réellement se considérer comme supérieur, surtout lorsque l'on constate le mal que notre "intelligence supérieure" et toute notre créativité et inventivité a pu leur faire au fur et à mesure de l'avancée des siècles.
Si nous devions faire un bilan de l'humanité depuis son apparition, a-t-elle plus fait de bien à la Terre et aux différentes espèces ou plus de mal ? A-t-elle plus créé et construit pour l'évolution et le bien que détruit ? Je ne suis pas sûr que la balance soit en notre faveur, mais je peux me tromper.
Notre intelligence technique supérieure n'est pas à contester, je suis tout à fait d'accord avec ça. Par contre, notre intelligence comportementale elle est à interroger me semble-t-il. Et là, je ne suis pas sûr que nous ayons tant évoluer que ça. Nous restons une espèce sociale aux comportements grégaires comme bien d'autres espèces. Il n'y a qu'à observer les évènements qui se passent chez nous et dans le monde régulièrement tout autant que de replonger dans l'histoire pour le constater.

Lascano y 27/02/2019 09:21

Vous avez raison. Nous avons évolué très vite sociologiquement. Nous estimons que nos ancêtres Néandertal et avant étaient déjà humains. C'est donc eux qu'il faut comparer aux animaux et nos différences deviennent alors plus discrètes.Ne pas réfuter la supériorité flagrante de l'espèce humaine mais simplement ne pas oublier en tant que paramètres ou contraintes des caractéristiques physiques, mentales, comportementales, sociologiques en étant convaincus qu'elles ne nous concernent plus depuis... Le chaînon manquant!

David 26/02/2019 20:33

Ce que vous dites est juste mais ne change rien au fait que nos bases de fonctionnements sont très proches de celles des animaux. Que nous nous soyons sorti du règne animal n'enlève rien au fait que nos comportements en font partie. Lisez donc ce qui s'écrit dans les études sur les comportements animaux et vous découvrirez avec surprise qu'on y retrouve bien de nos comportements. Alors certes, nous sommes beaucoup plus évoluer que les autres espèces du fait, biologiquement, d'avoir du nous redresser lorsque nos très lointains ancêtres ont quitté les espaces arborés pour s'aventurer dans les savanes et survivre. Maintenant, en parallèle de toutes les belles créations et découvertes que nous avons pu réaliser et faire, on peut s'interroger sur notre intelligence comportementale. De ce côté-là, majoritairement, je n'ai pas l'impression qu'on soit tant sorti que ça du règne animal dans le monde entier. Et il est intéressant de constater que professionnellement les compétences comportementales prennent de plus en plus le pas sur les compétences techniques, ces compétences techniques qui sont le principal fruit de notre évolution spécifique. Une vérité n'en annule pas obligatoirement une autre comme le champ de la complexité et la transdisciplinarité ont pu le montrer.

françons 31/01/2019 22:35

qui est jésus pour vous

Zepapy 21/01/2020 08:46

Jésus un prénom comme un autre. Il n'y a aucune trace de lui dans l'histoire ! Il fait parti de la mythologie chrétienne !

David 12/02/2019 21:25

Maintenant, chacun ses références, valeurs et convictions

David 12/02/2019 21:24

Un homme qui a laissé une trace. Je ne crois pas en dieux et mes expériences chamaniques des 6 dernières années renforcent mes perceptions, dans ce domaine, depuis ma jeunesse.

netshaman 06/07/2018 15:03

Alors pour resumer : le mot "animal " provient du latin qui signifie " qui possede une âme " .
Dire de l' homme qu' il n' est pas un animal revient a considerer l" Humain comme une coquille vide denuee de toute sensibilite et de conscience envers quoique ce soit , ce qui d' apres ce que l' on observe de son comportement envers la planete ses semblables , les animaux tend a etre la verite.
Il ne devrait meme pas etre present sur cette planete, il devrait etre considere plutot comme une maladie qu' il faut eradiquer au plus vite, et pour cela la planete s' en chargera , comme un organisme qui se defend contre un virus. ^^

David 08/11/2018 15:10

Je suis assez d'accord avec vous sur le fait que l'évolution de l'humanité a pris à un moment donné un mauvais virage, entrant dans une forme de fonctionnement néfaste pour la terre et les autres organismes vivant qui l'habitent. Peut-on ainsi considérer l'humanité comme une maladie, un virus, un cancer ? Peut-être que oui, et peut-être que non aussi car en parallèle de notre potentiel de destruction il existe aussi tout une créativité de belles choses, de beaux sentiments, de belles idées, etc. Malheureusement cet aspect de l'humanité n'a jamais réussi à dominer, c'est sûr.
Alors, notre tendance dominante destructrice, est-ce réversible ? La terre est-elle en mesure d'aider pour y remédier ? Ou au l'humanité arrivera-t-elle à se rependre hors de la terre comme certains virus peuvent le faire hors de leur organisme hôte ? L'avenir nous le dira.

Loan 21/01/2018 18:31

On est des animaux car on descend des hommes singes de la préhistoire. L'espèce est répartie sous deux évolutions l'homme et les singes. L'homme serai quoi alors on est bien fait de cellules nous on parle les chats ils miaulent les chiens ils aboient et qui sait si les chiens et les chats se comprennent ou encore on peut comprendre déjà certains animaux tou comme il peuvent nous comprendre par exemple si un chat veut sortir pendant qu'on dort on se réveillera forcément on comprend très bien que l'animal veut sortir et encore quand on lui répond il nous renvoi au retour une réponse aussi un chien tu lui demande de s'asseoir il s'assoit tout dépend de l'animal si il est têtu ou pas