Un avantage patriarcal de moins ! 1/2

Publié le

Avez-vous remarqué une des grandes avancées contre la domination patriarcale qu’amène la loi sur le mariage pour tous ? L’article 2 (si je ne me trompe pas, à moins que ce ne soit le 3) stipule que les enfants porteront le nom décidé conjointement par les parents, c’est-à-dire celui du père ou celui de la mère. Ce ne sera plus d’office celui du père comme ça l’est depuis très longtemps. Et dans le cas où aucun choix n’aurait été fait, l’enfant porterait les deux noms dans l’ordre alphabétique, donc sans prédominance instituée de celui du père ou de la mère. 

N’est-ce pas la un nouveau pas vers une réduction de la domination patriarcale ? N’est-ce pas là aussi une véritable avancée sociétale ? Mais est-ce suffisant ? 

Le nom des enfants laissé au choix des parents : une avancée insuffisante ! 

Je n’ai rien vu ni rien lu concernant le nom des époux ? Quelle règle a été établie quand à son choix ? J’imagine qu’une spécificité a été introduite dans la loi pour les couples de même sexe, permettant aux mariés de choisir leur nom patronymique. Si c’est bien le cas je trouve dommage que cela n’ait pas été élargi à tous les couples qui se marient. Là, ça aurait été une réelle avancée. 

Cela fait longtemps que je trouve dommage que les femmes doivent obligatoirement prendre le nom de leur mari. J’ai toujours perçu cela comme une dépossession des femmes au profit des hommes et de la famille de ces derniers. Cette règle qui a eu son sens durant ces nombreuses années où les femmes dépendaient des hommes en a-t-elle encore actuellement ? Dans nos sociétés occidentales, il me semble que non. Dans d’autres, cela peut sans doute se discuter. 

Que les femmes puissent faire apparaître leur nom derrière celui de leur mari a déjà été une avancée, qui, pour rappel, est tout de même récente. Ne serait-il pas temps, maintenant, d’aller plus loin ? Pourquoi donc un homme ne pourrait-il pas prendre le nom de sa femme et mettre le sien en deuxième, derrière ? Si un jour je m’étais marié, ça m’aurait bien plu. Ou pourquoi donc chacun ne pourrait-il pas conserver son nom en premier et avoir celui de son époux(se) en deuxième nom ? 

Le temps où les hommes primaient sur les femmes et les autres individus est passé. Les femmes ont autant de droits et de possibilités que les hommes, même si la société ne le reflète pas encore… les inégalités de traitement entre hommes et femmes étant toujours bien présentes (et pas toujours à l’avantage des hommes, même si c’est majoritairement le cas…). 

J’entends régulièrement dire que les hommes sont maintenant perdus face à ces femmes qui s’affirment, qu’ils ne savent plus vraiment où est leur place, comment se positionner. Mais ne serait-ce pas justement en raison de cette domination masculine persistante dans l’organisation, le parler et « l’administratif » ? L’évolution de la société et de la position des femmes n’a-t-elle pas rendu paradoxale cette domination masculine et patriarcale persistante ? Symboliquement, n’en est-elle même pas devenue obsolète ? 

Cognitivement, le message donné par cette domination est fort… ce qui n’arrange sûrement pas les choses. S’il était accepté et donc enseigné, dans notre société, que les hommes n’avaient pas la prééminence par rapport aux femmes, voire que des hommes pouvaient passer après la femme, qu’ils pouvaient s’appuyer sur elle, se reposer sur elle, dépendre d’elle, cela ne serait-il pas différent ? Surtout que c’est déjà une réalité de la vie de tous les jours… Bon, ça ne serait sans doute pas encore parfait, mais cela ne simplifierait-il pas les choses ? Et pour en arriver là, commencer à abolir cette domination patronymique patriarcale ne serait-il pas un début ? Cela ne serait-il pas bénéfique pour la société, pour nos vies et pour nos relations avec les autres ? 

J’entends déjà s’écrier les tenant des déséquilibres psychologiques que cela provoquerait chez les enfants. 

 

                                                        1  2                                                   Page suivante

 

Cet article vous a plu ? Pourquoi donc ne pas le partager avec d'autres, cela pourrait aussi intéresser une de vos relations.  

Publié dans Au nom des femmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article